Devenir écrivain par Robert A. Heinlein 5/5

Il ne serait pas temps de finir cette série avec le cinquième et dernier conseil ?

Conseil n°4 : Maintiens ton travail en circulation jusqu’à réussir à le vendre

Ce qu’il faut retenir, c’est que tous les auteurs ont reçu des lettres de refus d’éditeur. C’est une des constantes que l’on retrouve quand on lit des témoignages d’auteurs à présent connus (que ce soit Stephen King, ou J.K. Rowling) : il faut persévérer !

Continue Reading

Devenir écrivain par Robert A. Heinlein 4/5

Les trois premiers conseils de Monsieur Heinlein pour les aspirants écrivains étaient plutôt évidents ; est-ce que le quatrième le sera aussi ?

(Spoiler alert : oui)

Conseil n°4 : Soumets ton travail sur le marché

Hé oui ! Si tu veux devenir auteur, en vivre, il va falloir montrer ton travail, le soumettre dans le marché. Et repousser cette étape, pourtant si importante, d’envoyer son bébé dans le vaste monde est un travers que l’on peut comprendre. Parce que montrer son écrit, c’est aussi s’exposer à des critiques, à des refus, qui peuvent être blessants et durs à vivre. Et intellectuellement, on oscille entre le « j’ai fait du mieux que je peux pour ce récit, je l’envoie » au « mon dieu c’est tellement nul, personne ne voudra lire ça ». Le pire c’est que ça sera peut-être pas terrible, mais que pour s’améliorer il faut passer par ce regard extérieur.

Alors arrêtons d’avoir peur, et lançons nous !

Continue Reading

Devenir écrivain par Robert A. Heinlein 3/5

Mais, est-ce qu’il ne serait pas temps de parler du troisième précepte d’écriture de notre Rob ?

Conseil n°3 : Évite de réécrire, sauf si un éditeur te le demande

Alors non, le but n’est pas de se contenter du premier jet et de l’envoyer tel quel. Bien sûr qu’il y a un minimum à faire, à vous de définir ce « minimum » qui dépendra vraiment de chacun. Le premier jet est généralement (tout le temps ?) suivi d’un temps de correction voire même de réécriture de tout ou partie de la base déjà écrite.

Mais des corrections sont et seront toujours possibles, car rien n’est et ne sera jamais parfait. C’est bien de vouloir fignoler son écrit, d’être (un peu) perfectionniste, mais c’est encore mieux de savoir s’arrêter. Personnellement, je sais que je n’écris pas de la même manière maintenant qu’il y a quelques années. Et j’espère que quand je relirai mes textes actuels dans plus ou moins longtemps, je verrai leurs défauts et comment les améliorer. Tout simplement parce que cela prouverait que j’ai évolué entre temps, ce qui est une bonne chose non ?

Pour résumer, on dit oui aux corrections et à l’amélioration de son récit, mais on dit non à la (ré)écriture sans fin !

Continue Reading

Sortie de retrouvailles !

Je vous avais dit que ma nouvelle « Retrouvailles » avait été sélectionné pour une anthologie sur le thème des univers parallèles, et ça y est, ce recueil est disponible !

Vous le trouverez pour l’instant en numérique, par exemple :

(mais aussi sur les autres plateformes de vente de livres numériques)

couverture anthologie Nutty Universes

Je suis vraiment super contente, et il me tarde d’avoir vos retours dessus, n’hésitez d’ailleurs pas à laissez vos avis sur les plateformes d’achat pour que d’autre puisse aussi découvrir cette anthologie !

Continue Reading

Alors ce Camp Nano 2017 ?

Oui, le mois n’est pas fini, mais je peux déjà vous annoncer que : j’ai atteint mon objectif !!!

Je m’étais fixée 30 000 mots, que j’ai atteint le 21 avril. Depuis je continue d’avancer dans mon récit, en me disant que chaque mots écrit sont autant de bonus supplémentaire.

Chose rigolote pour cette année : Timo a lu plus ou moins régulièrement ce que j’écrivais, et je dois dire que le voir aussi attentif, aussi investi dans cette histoire et ce challenge m’a pas mal motivée. D’ailleurs, j’ai remarqué que les baisses de moral et de régime que j’ai eu coïncident avec les moments où il manquait de temps pour lire… (alors tu vas vite te remettre à me lire !)

Continue Reading

Procrastination et sérendipité

Petite pause d’écriture avant de replonger vaillamment dans les eaux du CampNaNo !

Oui, parce qu’au final, même si on aimerait tous ressembler à ça :

via GIPHY

Bien souvent, on ouvre un onglet, puis deux, puis on décroche petit à petit de notre récit. Mais vous savez quoi ? Ce n’est pas grave ! C’est même normal d’avoir besoin de s’aérer, de penser un peu à autre chose. C’est même bénéfique de faire des pauses.

Continue Reading

La carotte au bout du stylo

A partir de demain, je me plonge dans 30 jours d’écriture intense. Et pour l’avoir déjà fait, je sais que ce ne va pas être si simple que ça.

Le plus dur pour moi et de ne pas lire ce que j’écris. Bizarre non ? En fait, c’est ce que Chris Baty (auteur du livre « Ecrire un livre en 30 jours », que je conseille si vous avez besoin de motivation pour vous lancer !) appelle faire taire son éditeur intérieur. Arrêter de vouloir faire bien du premier coup, parce que de toute façon, il y a aura une phase, plus ou moins longue, de corrections et ré-écriture. Et c’est là que l’on prendra le temps de lire son écrit.

Là, la première phase c’est de sortir du texte, de laisser jaillir les mots pour avoir ce fameux premier jet qui servira de base. Et une fois cette base écrite, il faut d’abord prendre le temps de se féliciter !

Continue Reading